Lundi - Vendredi: 8:00 à 17:30

Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) du dragage pour la restauration des plages de Saly

Client : N/A Pays : Sénégal

Informations sur le projet

  • Date : 12 Mai 2019
  • Région : Saly
  • Bailleur : N/A
  • Type : Environnement

Description du projet

Etude d’Impact Environnemental et Social (EIES) du dragage pour la restauration des plages de Saly
Le cabinet EDE International, en groupement avec EGIS, a été mandaté par l’Agence Nationale pour la Promotion de l'Investissement et des grands travaux (APIX) pour élaborer l’Etude d’Impact Environnemental et Social du dragage pour la restauration des plages de Saly. La station de Saly Portudal est fortement menacée par l’érosion côtière. La dynamique érosive progressive a fini de menacer les activités touristiques, les activités de pêche et de transformation des produits halieutiques, les populations riveraines ainsi que les infrastructures socio-économiques. Fort de ce constat et des enjeux socio-économiques, essentiellement touristiques de la zone, le gouvernement du Sénégal, avec l’appui de la Banque Mondiale a entrepris un programme de protection du littoral de Saly. Les travaux effectués concernent la mise en place d’ouvrages de protection (épis et brise-lames), de restauration (rechargement artificiel des plages en sable de mer) et d’entretien des plages (maintenance périodique et préventive). Le rechargement des plages de Saly nécessite un volume estimé à environ 550 000 m3. La zone de prélèvement des sédiments se situe à environ 16 km au large de Pointe Sarène.
Conformément aux dispositions de l’article L 48 du code de l’environnement du Sénégal et en référence à la catégorisation du projet basée sur la PO 4.01 relative à l’évaluation environnementale, ces travaux physiques de rechargement des plages de Saly ont fait l’objet d’une EIES. Globalement, l’étude a montré que les impacts probables sur les habitats naturels côtiers et marins, sur la faune benthique, sur la qualité de l’eau et des sédiments sont globalement modérés à mineurs, aussi bien pour la phase de construction (dragage et rechargement) que pour la phase d’exploitation, sans l’application des mesures d’atténuation. L’enjeu relatif au milieu humain et indirectement à l’acceptabilité sociale des travaux du aux nuisances et risque de pollution que peuvent générer les travaux sur les récepteurs humains et aux pertes temporaires ou définitives d’activités économiques, en particulier pour les hôteliers, pêcheurs, femmes transformatrices, mareyeuses, commerçants sur la plage. L’évitement des pertes est déjà pris en compte dans la planification du projet. Les mesures de compensation répondant aux principes de la politique opérationnelle de la Banque Mondiale sur la réinstallation involontaire et à la réglementation nationale sont prises en charge par le CPR, et ont été développées, précisées et déjà prises en compte dans le PAR des travaux de protection (brise-lames et épis).

Mission

N/A

Satisfaction client


PHOTOS & VIDEOS